#Flyin2024

Presse

238 – C.Presse : Podiums Champ. France de Parachutisme ascensionnel 2017

238 – C.Presse : Podiums Champ. France de Parachutisme ascensionnel 2017
05
08

Publié le 05/08/2017 dans Presse

Du samedi 5 au lundi 7 août 2017 a lieu, à Vichy (03), le championnat de France de parachutisme ascensionnel organisé par la Fédération Française de Parachutisme. 22 compétiteurs venus de toute la France se sont affrontés. Tout au long du week-end, en raison d’une aérologie parfaite, les sauts ont pu s’enchaîner avec une belle cadence ; si bien que le championnat s’est terminé le dimanche 6 au soir. Les podiums ont été remis ce lundi 7 août, à 11 heures, sur l’aérodrome de Vichy-Charmeil (03).

Le podium du Championnat de France ascensionnel 2017
Le championnat de France ascensionnel se déroulait, pour la quatrième année consécutive, à Vichy-Charmeil. En ascensionnel, les compétiteurs ont pour objectif d’atterrir sur la cible, le plus près du « carreau » d’un diamètre de 2 cm, après avoir été tractés par un câble jusqu’à 400 mètres de hauteur. Une fois passé l’axe de la cible, les parachutistes se libèrent pour, ensuite travailler, sous voile et se diriger vers le carreau. Le vainqueur est celui qui totalise le plus petit score sur l’ensemble de la compétition. Au total, ce sont 6 manches qui ont pu se jouer lors de ce championnat 2017.
Parmi les compétiteurs, tous les niveaux et générations étaient représentés. Vétérans et débutants, dont trois féminines, concourraient ; un brassage intéressant -voire exceptionnel- puisque hommes et femmes se retrouvent sur un même pied d’égalité. Si, pour certains, cette discipline ascensionnelle constitue une vraie répétition avant le championnat de France de précision d’atterrissage en saut d’avion, d’autres participaient pour la première fois à cette compétition. De quoi s’aguerrir avant de pouvoir rentrer dans la cour des grands.

Précision d’atterrissage en ascensionnel en individuel
1- Pierre ASTEIX, Groupement Initiation Parachutisme Sport,  Val-d’Oise (95) 0.14 points
2- Romain LECAMUS, Groupement Initiation Parachutisme Sport,  Val-d’Oise (95) 0.30 points
3- Jean-Jacques ARENDT, A.P. Police Nationale, Ile de France (75) 0.31 points

Précision d’atterrissage en ascensionnel – Catégorie Junior
1 – Pierre ASTEIX, Groupement Initiation Parachutisme Sport,  Val-d’Oise (95)  0.14 points
2- Sathan MAHINDA, Groupement Initiation Parachutisme Sport, Val-d’Oise (95) 2.84 points
3- Sarah TRILLION, Parachutisme Laval Centre Ecole Mayenne, Mayenne (53) 6.71 points

L’ascensionnel, une discipline en plein essor
La discipline, en perte de vitesse il y a plusieurs années, est redevenue attractive auprès d’un jeune public et recrute de nouveaux adhérents qui souhaitent s’épanouir dans ce sport. « Depuis sa première édition à Vichy, le championnat de France ascensionnel se déroule de mieux en mieux tous les ans » confie Marie-Claude Feydeau, vice-présidente de la Fédération Français de Parachutisme.
« Il faut aussi noter le maillage qui se développe entre les clubs, écoles, ligues,… de la FFP et l’implication remarquable de bénévoles fédérés autour d’Éric Fradet, technicien fédéral délégué à l’animation de cette pratique. Cette politique fédérale contribue à développer un sentiment de fierté et d’appartenance à un projet collectif tourné également vers la pratique ouverte aux personnes en situation de handicap. Nous espérons d’ailleurs, prochainement, en amener certaines à voler en autonomie ».

Une discipline dans lequel la technique joue un rôle majeur
Gilbert Gallet, chef plateforme (NDLR : responsable décollage),  juge si le vent est favorable et donne le feu vert pour chaque départ. Sur le championnat de France ascensionnel, 5 câbles et 3 quads sont prévus pour le largage des compétiteurs, ainsi que sept treuilleurs (Patrick Bellivier, Eric Fradet, Pierre Legay, Michel Planchet, Yves Raison, Denis Bouino, Gilbert Gallien) et des ouvreurs, qui tiennent la voile du parachutiste, juste avant le décollage. Les treuilleurs ont besoin d’une extrême concentration pour être attentifs au moment du largage des câbles. En effet, c’est le compétiteur qui, à une altitude suffisante ne dépassant pas 400 mètres, écarte les jambes pour leur signaler que le câble doit être détaché.

Les juges, figures incontournables des compétitions
Le jugement est réalisé à chaque atterrissage sur la cible. Celle-ci est équipée de capteurs qui, sur un affichage électronique, donnent le premier point d’impact, celui comptant pour la notation. Cependant, l’œil affûté des juges est indispensable pour assurer la précision de la note. Ils étaient quatre sur ce championnat : Yves Letourneur, chef juge, Christiane Garsault, Bernard Garsault et Christine Letourneur.

Un objectif : la compétition
Pour répondre aux attentes de sa tutelle, une fédération doit ouvrir la pratique au plus grand nombre, innover en permanence et conduire la France sur les podiums européens et mondiaux. La Fédération Française de Parachutisme met régulièrement en place, dans toute la France, des stages d’initiation et de découverte, dans le but sensibiliser les parachutistes à la compétition pour, à terme, progresser, puis aller décrocher des médailles nationales voire mondiales. L’olympisme s’inscrit donc tout naturellement sur ce chemin vers l’excellence. C’est pourquoi la Fédération Française de Parachutisme présentera, prochainement, un dossier de candidature, pour faire intégrer le vol en soufflerie dans la prochaine olympiade.
La Fédération Française de Parachutisme est détentrice de tous les droits sur les images des sauts filmés en compétitions nationales. Ces images (photos et vidéos) récupérées, sur la drop zone, auprès du vidéo-man de l’équipe, immédiatement après leur transmission aux juges, seront mises à disposition.

 

Contact Presse :
Marie-Luce Bozom : 06 81 62 51 26 / 06 15 15 63 20
E-mail : phoebus-communication@orange.fr

© 2018 FFP | Mentions légales