#Flyin2024

Press

244 – Press kit – Olympics

244 – Press kit – Olympics
25
01

Publié le 25/01/2017 dans Press

du MYTHE d’ICARE…… A PARIS

Depuis toujours, tel l’oiseau, l’homme rêve de voler. Le mythe d’Icare, dans la Grèce antique nous le rappelle. A n’en pas douter, si les grecs
avaient pu réaliser ce rêve, le parachutisme aurait été pratiqué lors des Jeux Olympiques anciens. De même que, passionnés de nouvelles technologies, notamment aéronautiques, ils auraient inscrit la soufflerie dans les jeux modernes ! Aujourd’hui, cette discipline permet à l’homme, sans équipement spécifique, d’évoluer dans un souffle d’air ascendant.

C’est à Paris que le premier véritable saut en parachute fut réalisé par André-Jacques Garnerin, le 22 octobre 1797. Monté à bord d’une montgolfière, Garnerin sauta, d’une altitude de 680 mètres, au-dessus du parc Monceau. Son élève et future épouse, Jeanne-Geneviève La Brosse, devint la première femme parachutiste, en 1799.

L’air, aux côtés de l’eau et la terre, deviendrait ainsi le troisième élément jusque-là manquant dont rêvaient les grecs pour faire évoluer au plus haut niveau des sportifs de toutes nations.

C’est une occasion exceptionnelle pour le parachutisme de devenir sport olympique. Il ne faut pas la manquer.

Alors rendez-vous à #Paris2024 pour #OlympicFlyIn2024 !

Discipline Olympique ?

Pour aboutir à une dimension olympique, une discipline sportive doit s’adosser à une base de pratiquants importante de laquelle pourront émerger des sportifs de haut niveau, et pas simplement à une élite.

Le vol en soufflerie, en étant accessible à tous, valides et non-valides, dès le plus jeune âge (5 ans), évolutif en fonction des ambitions des athlètes, est en totale osmose avec cette définition ; la pratique en loisir n’exigeant aucune condition physique particulière.

Bien que récent, ce sport, en plein développement au niveau mondial, a déjà su se structurer jusqu’à la mise en place de  règlements et l’organisation de championnats nationaux et internationaux. Il faut aussi mentionner les actions, majeures, initiées entre autres par la Fédération Française de Parachutisme, pour ouvrir la pratique aux personnes en situation de handicap. Le 1er Handi Fly Euro Challenge 2016 a été une étape fondatrice au cours de laquelle des sportifs de 13 pays, pour certains en situation de handicap lourd, ont participé à cette compétition, doublée de vols d’initiation en soufflerie.

Cette discipline riche de nombreuses spécialités (danse en musique, duels, vitesse, etc…) est totalement adaptable à un format olympique.

La soufflerie

Une soufflerie est un espace circulaire, de diamètre variable, constitué de parois verticales transparentes, dans lequel un flux d’air puissant est produit par des moteurs électriques.

Un public, extérieur à l’activité, peut assister aux évolutions des pratiquants; véritable plus-value pour faire partager la compétition aux  spectateurs.

Après une utilisation militaire, la première soufflerie sportive ouvre en 1982, à Las Vegas.

Aujourd’hui, on compte plusieurs centaines de souffleries fixes ou itinérantes dans le monde, dont plus d’une douzaine ouvertes lors du premier trimestre 2016.

Le développement de la pratique du vol en soufflerie s’est largement accéléré, ces dernières années, dans le monde entier. Les souffleries sont généralement installées en zone périurbaine.

Le pratiquant assidu ou le parachutiste possède généralement sa tenue. Pour les débutants ou les pratiquants occasionnels, une tenue est prêtée ou louée sur place. Très rapidement, il y a une vraie progression grâce à un encadrement technique et sécuritaire adapté aux conditions de vol, notamment chez les très jeunes qui sont vite capables de réaliser des évolutions dans l’air.

Cette facilité à progresser, tout comme la convivialité régnant entre pratiquants de très haut niveau et débutants, rend ce sport attractif
et explique son développement exponentiel lors de cette dernière décennie.

Discipline olympique en 2024

La pratique de la soufflerie s’étend comme une traînée de poudre dans le monde entier. Les championnats nationaux et internationaux réunissent de plus en plus d’équipes. D’autres pays évoquent, eux aussi, leur engouement pour une entrée de la discipline aux Jeux Olympiques.

Dans le «Texte d’application de la Règle 45», au point «3. Autres dispositions», en 3.1, il est mentionné que : «Le COJO d’une édition spécifique des Jeux Olympiques peut proposer au CIO l’inclusion, pour cette édition uniquement, d’une ou plusieurs épreuves supplémentaires ; toutes les décisions relatives y seront prises en totale conformité avec la présente Règle 45, son texte d’application et toute autre condition particulière prescrite par le CIO».

Le Comité d’Organisation Paris 2024 a donc l’opportunité de proposer au CIO que le vol en soufflerie soit présent aux Jeux Olympiques, en 2024, en tant que discipline additionnelle. Ce serait la reconnaissance du vol en soufflerie en tant que discipline olympique.

Il existe déjà 2 souffleries en Région Ile-de-France, à proximité de Paris, aptes à recevoir des compétitions internationales, notamment IFly Paris, situé au sein du Parc Olympique.

La FFP, en ayant participé à de nombreuses compétitions européennes et
mondiales, mais, surtout, en ayant organisé de nombreux championnats de France et du Monde, aura l’expérience nécessaire pour accompagner le Comité d’organisation dans le bon déroulement de l’épreuve. En amont, en s’adossant à la Fédération Aéronautique Internationale et à l’Aéroclub de France, elle aura à cœur de créer de nombreux partenariats avec les fédérations internationales pour faire progresser ce dossier au fil des mois.

David Roth
Président de la fédération française de parachutisme

Pour tous les parachutistes français et mondiaux, intégrer la grande famille olympique est un objectif porté depuis des décennies. Soudés, mobilisés autour de cet enjeu unique pour notre sport, nos parachutistes, nos sportifs de haut niveau, nos bénévoles impliqués au quotidien auprès des pratiquants offriront leur énergie et leur total engagement pour concrétiser ce rêve.

Certes, les athlètes de la Fédération Française de Parachutisme font rayonner la France, tout au long de l’année, dans les compétitions internationales. Mais soutenir la Fédération Française de Parachutisme dans sa démarche de reconnaissance olympique par le biais du vol en soufflerie, technologie innovante susceptible d’impulser une nouvelle dynamique économique sur les territoires, parait tout à fait logique et
cohérente.

La symbolique n’en serait que plus forte en 2024, 230 ans après le premier saut en parachute. Paris et le parachutisme, c’est donc une longue histoire qui serait magnifiée par cette accession à l’olympisme.

Associer la Fédération Française de Parachutisme dans son engagement olympique aux côtés de #Paris2024 s’inscrit donc bien dans les mêmes objectifs sportifs, de reconnaissance de l’excellence et de mobilisation de tous les pratiquants.

Vouloir porter une candidature olympique est un enjeu passionnant, enthousiasmant, où tous les acteurs sont les bienvenus. Cela ne pourra se réaliser que par la mobilisation, manifeste, pleine et entière, de toute la grande famille parachutiste mondiale.

Construisons ensemble notre histoire pour que le parachutisme entre au Panthéon du sport.

 

CONTACT PRESSE : Marie-Luce Bozom : +33 (0)6 15 15 63 20 phoebus-communication@orange.fr

© 2018 FFP | Mentions légales